Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ma maison bois bioclimatique solaire, bricolage et economie

Texte Libre

English

For English, click the Flag.

5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 10:54

 

 Voilà un article paru dans la Montagne à l'occasion d'une journée portes ouvertes "Ma maison ma planète"

 

Une centaine d’habitations écologiques comme vitrines des techniques écologiques

Une maison écolo comme choix de vie

Denis Lorut - denis.lorut@centrefrance.com 

 

L’opération « ma maison ma planète » permet de montrer des techniques de construction, d’isolation et de production d’énergie. Nicolas Pinaud est l’un des sept propriétaires du Livradois-Forez qui ouvre sa maison écologique.

Chauffer une maison

 

170 m2 avec 150 euros, voila de quoi faire rêver beaucoup de personnes à l’approche de l’hiver.

Après deux saisons froides passées à Isserteaux, Céline et Nicolas Pinaud ont fait leurs comptes : pour chauffer leur maison, il leur faut annuellement

120 euros de croûtes de bois et 30 euros d’électricité. Nicolas et Céline Pinaud ont construit une maison économique mais ils ont aussi réussi une

maison qui « correspond à leur choix de vie ». « Je n’avais aucun exemple de construction en bois autour de moi mais ce type de maison correspondait à la qualité de vie que je désirais », explique Nicolas Pinaud. Nicolas et Céline, qui travaillent tous les deux à domicile en tant qu’indépendants, ont parcouru les sites sur internet pour découvrir les différentes techniques existantes pour une maison confortable et peu gourmande en énergie.

Isolation

Le couple a fait appel à un architecte pour dessiner leur maison sur un terrain qu’ils ont choisi légèrement pentu et orienté au sud. Nicolas et Céline

se sont ensuite lancés dans la construction. Les murs sont constitués de neuf couches de planches de bois croisées et liées entre elles avec des clous en aluminium. Ces murs de planches offrent « une très bonne régulation hygrométrique », indique le couple qui a choisi pour l’isolation du toit des plaques de laine de bois. Ces plaques, d’environ 3 cm d’épaisseur chacune, sont croisées l’une sur l’autre pour former une isolation de 18,5 cm. « Cela peut paraître peu, mais en tout cas c’est suffisant car notre note de chauffage est plutôt faible », souligne Nicolas Pinaud.

Poêle de masse

Pour chauffer les vastes volumes de leur habitation, la famille Pinaud a fait le choix d’un poêle de masse. Assemblé par un professionnel finlandais, ce poêle comporte trois tonnes de briques assemblées avec de l’argile. La fumée et la chaleur qui s’échappent du foyer montent dans un conduit principal avant de redescendre de chaque côté du poêle dans plusieurs tuyaux de brique pour rejoindre ensuite le conduit de sortie. « On brûle en totalité une charge de bois, avec un tirage très vif, en une heure et demi. Les briques accumulent la chaleur qui est ensuite restituée tout au long de la journée. C’est de la chaleur continue et non un feu continu. S’il fait très froid, il faut deux charges de bois par jour au maximum. On brûle de tout, il n’y a pas de mauvais bois avec ce type de poêle », détaille Nicolas Pinaud qui ajoute : « pour notre chauffage, nous ne voul ions pas d’une technologie compliquée mais quelque chose de simple qui fonctionne seul avec peu de charge ».

Récupération d'eau de pluie

Nicolas Pinaud a aussi fait installer une citerne de 10 m3 pour récupérer l’eau de pluie. « Ce dispositif sera difficile à amortir mais l’eau pourrait bien augmenter », indique le bricoleur qui a conçu luimême le système de pompage et de régulation de pression de son récupérateur.

Le couple présente également un puits canadien, en cours d’installation, qui leur permettra de mettre leur maison sous pression.

Approvisionnent

Mais pour Céline et Nicolas Pinaud, il a fallu faire face à un problème d’approvisionnement en matière première écologique. Pour la construction de leur poêle de masse, le constructeur Finlandais a dû apporter de l’argile de son pays. « Nous n’avons travailler et préparer l’argile locale », expl ique Céline qui ajoute : « pour notre isolation en laine de bois, nous n’avons trouvé aucun marchand de matériaux local qui a voulu nous commander ce matériel alors que nous avions toutes les références ».

Céline et Nicolas ont finalement trouvé un marchand de la Bourboule qui bien voulu leur commander leurs plaques. Des plaques qu’il a fallu aller chercher làbas. Malgré ces petits soucis, Céline et Nicolas sont très satisfaits de leur maison car elle correspond

à ce qu’ils voulaient.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires